• A A A
  • FR

« Les possibilités pouvant découler de l’étroite interaction entre la psychologie, la technique et la pratique sont loin d'être épuisées.
Dans les années à venir, l'une des principales tâches des concepteurs de tests consistera à aider la pratique à utiliser les possibilités de la technique, qui évoluent à une vitesse vertigineuse. L’utilisation se base sur la connaissance acquise au cours des dernières décennies en matière de prédiction du comportement humain et sur les normes d'assurance qualité. »

Brève biographie :
Prof. Dr. Tuulia Ortner développe des tests et questionnaires psychologiques pour la pratique et la recherche depuis vingt ans. Après ses études et l’obtention du doctorat à l’Université de Vienne (2004), elle a fait de la recherche, notamment à l’Université Humboldt et à l’Université libre de Berlin, où elle a occupé la chaire « Diagnostic psychologique et psychologie de la personnalité ». Depuis 2012, Tuulia Ortner est professeure à l’Université de Salzbourg, où elle est responsable du département de diagnostic psychologique. Ses recherches portent, entre autres, sur l'équité des tests et le développement de nouveaux formats de tests et types d’items informatisés. Elle a collaboré avec plusieurs institutions et entreprises sur différents projets en lien avec la psychologie des ressources humaines.

Description sommaire du test :

BACO, ELST

Interview :

À quelles fins le test a-t-il été développé ?
Le BACO a été développé afin de concevoir les premiers tests de personnalité objectifs de résistance au stress, c'est-à-dire en vue d’évaluer la résistance au stress des personnes, non pas sur la base d'une auto-évaluation, mais sur la base du comportement réel dans des scénarios informatisés. Ces scénarios devaient être conçus de telle sorte qu'ils puissent être généralisables à autant de domaines d’application et professionnels que possible.

ELST devait devenir un test qui, malgré sa brièveté, permettrait d’obtenir un niveau de précision élevé dans l’évaluation des compétences linguistiques en anglais dans trois domaines : le vocabulaire, la grammaire et la compréhension de texte.

Quel a été le plus grand défi à relever dans le développement de vos tests ?
Lors de la conception du BACO le plus grand défi était le fait qu’il n’était pas possible d’utiliser le même type d’items ou le même paradigme pour évaluer les différents aspects de la résistance au stress, mais qu’il fallait à chaque fois créer un concept propre – combiné avec la conception de valeurs caractéristiques propres au test et des étapes de développement supplémentaires associées.

Le plus grand défi, mais aussi le plus passionnant, lors de la conception du ELST a été la collaboration interdisciplinaire entre la linguistique et la psychologie, qui a été, au final, très instructive pour les deux parties.

Pour quel groupe cible les tests ont-ils été développés ?
Bien que nous ayons initialement envisagé, lors de la conception du BACO, de développer une série de tests pour les exigences professionnelles caractérisées par des conditions extrêmes, plusieurs essais ont montré que les tests conviennent à un large éventail de domaines professionnels. C'est le cas des emplois de bureau classiques, par exemple, dans la mesure où les composantes de résistance au stress évalués y jouent un rôle.

ELST a été développé pour évaluer les compétences linguistiques en anglais des germanophones ayant appris l’anglais comme langue étrangère. Le test devait pouvoir être utilisé aussi bien dans un contexte éducatif que professionnel.

Quels sont les spécificités des tests ?
L’utilisation du BACO permet d'en apprendre davantage sur le comportement de travail des candidats dans certaines conditions de stress typiques, et ce, de manière objective et standardisée dans un laps de temps relativement court, dans le cadre d’une mise en situation.

Je pense que la présentation adaptative des items, possible grâce à l’ajustement des items au modèle dichotomique de Rasch, est l’une des spécificités de l’utilisation du ELST. Par ailleurs, dans le cadre du développement, les résultats des études de validation, qui ont testé si les différences de difficulté des items théoriquement attendues lors de la conception se sont avérées au moins partiellement sur le plan empirique, sont également intéressants.

Quelles possibilités d'amélioration envisager-vous à l'avenir pour les tests ou lesquelles vous intéressent particulièrement ?
En ce qui concerne le BACO une amélioration utilisant les toutes dernières possibilités en matière d’informatique pour simuler et présenter des conditions stressantes nous tenterait bien.

Dans ELST, il serait très intéressant, dans les modules supplémentaires, d’évaluer les éléments de compréhension linguistique qui n'ont pas été pris en compte jusqu’ici, comme les aspects du langage parlé, par exemple.

 
De plus amples informations sont disponibles sur le site de l’Université de Salzbourg